Randonner dans le Var...

Traversée du plateau d'Agnis

De La Roquebrussanne au Mourré d'Agnis

De la jas à la ferme d'Agnis

 

Prolongement vers l'est de la Sainte Baume, le plateau d'Agnis est tout à la fois un territoire oublié d'une grande partie du Var et le réservoir d'alimentation des sources du Caramy et du Gapeau.

Surplombant Mazaugues au nord, et Signes au Sud, il constitue un vaste plateau dépeuplé où jadis élevage et petites activités artisanales (charbons de bois, chaux, verrerie) se développaient.

Aujourd'hui c'est un territoire recolonisé...par le chevreuil.

La randonnée présentée se propose de traverser en une boucle d'est en ouest ce plateau pour atteindre le col du Mourré d'Agnis. Elle est l'occasion de revisiter les sites d'installation des anciens verriers.

Dénivellation : 620 m

Durée : 6h 00

Lieu de départ : La Roquebrussanne

Localisation : Massif de la Sainte Baume

1 km au sud de La Roquebrussanne prendre le chemin du Baguier orienté vers l'ouest, puis la route de la Foux.

Stationnement : Stationner au départ du sentier balisé : "ET 29"

 

Voir la carte IGN

Voir photos

 

Ferme d'Agnis

Le sentier est balisé en jaune. Orienté est ouest, il suit le vallon et progresse sur son flanc sud, s'incurve vers le sud ouest, contourne une barre rocheuse par l'est et atteint le jas d'Agnis.
De là abandonner le tracé jaune pour la piste orientée sud ouest puis ouest qui conduit à la plaine d'Agnis en rejoignant un nouveau balisage jaune "ET 6" puis la Verrerie. Au printemps des chevreuils pâturent en ces lieux.

Faire 100m vers le nord est sur la nouvelle piste "ET 20" puis prendre le chemin qui gravit le Mourré à travers un paysage karstique aux ruines protéiformes. Sur la crête se fait la jonction avec le GR 99, au lieu dit les Baous, altitude 900m.

Pour le retour suivre le GR vers l'ouest sur 200m. Deux cairns indiquent le changement de direction vers le sud du GR. Il conduit à la ferme d'Agnis.
Traverser la plaine et rejoindre le sentier qui passe au pied de la ligne à haute tension.
Puis, au lieu dit Ragage du Marquis, le sentier rejoint une piste balisée jaune "ET 29". Elle conduit aux ruines du Marquis et à sa baignoire ..et de là au Jas du Murier qui est flanqué d'une citerne de la DFCI. Prendre la piste qui devant le jas part sur la gauche, direction nord est. Elle s'éloigne la ligne haute tension puis s'en rapproche au lieu dit Rapheou.
Rester sur le balisage de l'ET 29 jusqu'à retrouver le Jas d'Agnis.

Là, remettre ses pas dans ses pas.

Quiz

 

Selon Pline les premiers verriers se seraient installés en Gaule au cours du premier siècle de notre ère, époque de l'invention de la canne à souffler.

Les lieux-dits "verrerie" ou "verrerie vieille" attestent de la présence d'innombrables lieux de production en Provence.
En fait, ces lieux sont essentiellement mouvants, tributaires des matières premières (sable siliceux, soude), de la main d'oeuvre, et surtout du combustible. Le verrier doit construire ses fours, créer son matériel de pots et de creusets avec les ressources locales. Il doit également s'installer à proximité de voies de communication pour écouler sa marchandise. Si le sable siliceux se trouve en abondance dans les lits des cours d'eau ou sur les plages, ainsi que les herbes propres à fournir la soude, telles la salicorne ou le varech, l'épuisement du bois - pin ou chêne - dont un four de verrier est grand consommateur est le motif de constants déplacements des lieux de production car, pour obtenir un verre déterminé il faut alimenter le four avec la même essence. Enfin, le point de fusion du verre étant très élevé et difficile a atteindre il ne faut pas laisser retomber le feu.

En Provence les besoins en verre sont importants et variés. En dehors des vitres, ce sont les verres incolores pour les bouteilles et les bocaux destinés au transport des vins, des huiles et des conserves de poisson et d'olives, les verres colorés bleus ou jaunes pour les eaux florales, le verre noir pour les pots à truffes.

Au XIXe siècle l'arrivée du chemin de fer en Provence, en permettant une alimentation plus constante des fours en charbon, va bouleverser cette production.

Retour page précédente