Randonnées dans le Var...

De Brégançon au Cap Bénat...

Le sentier du littoral de la République...

 

Anne, Brigitte, Philippe devant le fort de Brégançon, vu de la Pointe du Diable. Anaëlle, Maxime et Gautier sont déjà loin devant !

Le fort de Brégançon

Il est des lieux que la présence d'un site singulier a préservé de l'agression résidentielle. La partie est du Cap Bénat, de par la présence du fort de Brégançon, résidence de la République, et du domaine du Grand Duché du Luxembourg est de ceux la.

Le balisage d'un chemin du littoral à partir de Bormes ouvre timidement l'accès à ces criques secrètes et réservées. L'accès par le fort de Brégançon, plus délicat, et non aménagé, rend la découverte de ce promontoire plus sélective, plus méritée et plus belle.

Le terrain est siliceux : Bruyères, cystes, lauriers sauce, arbousiers, bordent le rivage avec cyprès, mimosas, eucalyptus, pins pignons... Plusieurs petits promontoires schisteux indentent la cote protégeant des criques de sables, de galets, ou varech.

Voilà une troisième rando littorale, longue, à l'accès parfois difficile jusqu'à la Pointe de la Tripe, notamment les jours de fort mistral où le ressac oblige en certains passages à une attention particulière.

Dénivellation : 174 m altitude du sémaphore

Durée : 6h

Lieu de départ : Cabasson


Massif des Maures - Littoral

Cabasson
Plage de Cabasson

Un grand parking payant est à votre disposition à la plage de Cabasson. On peut lui préférer un stationnement dans Cabasson ou au départ de la piste forestière du Vallon des Conques, à la fin du chemin "du bout du monde", mais dernièrement (06/2012) les voitures stationnées là ont été verbalisées....

A partir de la piste forestière, longer le camping et rejoindre la plage. Se diriger vers le fort de Brégançon en longeant la mer, dépasser la Pointe du Diable et ses garages à bateaux, et couper la digue d'accès au fort de Brégançon. Le sentier balisé en jaune débute au ras des flots...si la mer est grosse, marcher en haut des roches... direction la plage du Moulin.

Voir la carte IGN

 

balisé en jaune

Sous la pointe du Moulin, un passage creusé dans la roche

 

Bénat et cap Blanc, vus de la Pointe du Port qui pisse

Sémaphore du Cap Bénat et cap Blanc

Voir photos

Passé le quai de Brégançon suivre le bord de mer de rochers en rochers sur une centaine de mètres. Le "chemin" est soit sur les rochers soit sur la falaise. La première plage est sous la tour Sarrazine. La Pointe du Moulin la ferme.

Puis s'ouvre la plage de la Galère, fermée par un charmant abri à bateaux...

La plage de la Reine Jeanne est abritée du mistral. Une grande construction discrète s'y cache.

De là le "chemin" s'accroche à la falaise. La pointe de Malherbe est marquée d'un gros éboulis. La pointe de la Tripe plate et effilée est couverte d'une espèce protégée : les Barbes de Jupiter.

A la Pointe de la Tripe débute, enfin, un vrai sentier de littoral. Il conduit à la Calanque de la Tripe d'où partent plusieurs cables immergés à destination du Levant. Le sentier rejoint la Pointe du "Port qui pisse", dénomination incongrue dans un cap desséché, et la piste qui conduit au phare du Cap Blanc.

La calanque de la Tripe est géographiquement située à mi chemin entre Brégançon et le Cap Blanc. Mais elle n'est qu'à une demie heure de marche du Cap.

Les premiers lotissements apparaissent au dessus du phare. Le sémaphore émerge dans la verdure. Il domine le cap Blanc, le phare et les fortifications.

Du phare un sentier suit la ligne de crête. Il rejoint la route qui par l'ouest du sémaphore conduit au col qui mène au sémaphore. Du col suivre la crête vers les ruines du chateau de Bénat.

La vue embrasse Giens,Porquerolles, Port Cros, Le Levant, le Rayol, le cap Lardier, les Maures, le Coudon... La piste contourne par l'est le pylone des Fourches. Elle rejoint la route forestière. A la stèle en mémoire des pompiers morts au feu, obliquer à gauche et descendre vers Cabasson.

Du phare compter 2h30 pour rejoindre Cabasson.

Cité dès le XI siècle, le fort de Brégançon est une proprieté des seigneurs de Marseille. En fait c'est un fort construit sur la terre ferme... Ce n'est qu'au XVI siècle que l'îlot est fortifié pour défendre les côtes de la Provence et les îles d'Hyères. Au XVII siècle seignerie de Marseille et terre Brégançonne se séparent, le fort est laissé à l'abandon.

Ce n'est qu'en 1793 que Napoléon décidera de sa réfection et de son réarmement.
En 1968 il devient une des résidences de la République, accessible uniquement lors des journées du Patrimoine.

Retour page précédente