Randonner dans le Var...

Le rocher de Roquebrune

Rouge comme l'Esterel,
mais sans origine volcanique !

 

Le rocher, versant nord

 

Circaète Jean le Blanc

Entre les Maures et la dépression permienne, où coulent l'Aille et l'Argens, le rocher de Roquebrune est un amas énorme de roches et de blocs sédimentaires sans rapport avec le volcanisme.
L'eau est rare sur l'ensemble du territoire, les cours d'eau temporaires. mais l'Argens coule au pied.

Le relief du rocher est composé de crêtes déchiquetées, de falaises abruptes, de plateaux parsemés de blocs rocheux, de failles profondes et de dalles rocheuses. La couleur dominante, brun rouge, est due à la grande quantité d'oxyde de fer. Elle contraste avec le vert des coulées de végétation.

Les versants nord et sud différent fortement : le versant sud encombré d'éboulis descend en pente assez régulière. La proximité de la mer lui fait recevoir, même l'été, les entrées maritimes, chargées d'humidité poussées par le vent d'est : le ponant.
Le versant nord est abrupte, coupé de falaises et de failles, où s'intercallent de rares plateaux.

Le rocher de Roquebrune

Dénivellation : 400 m

Durée : 4 h 00

Lieu de départ :
Hiver : Parking le long de l'Argens
Eté : Parking au pied de l'A8

Localisation :

Au nord du massif des Maures

Suivre la D7 au départ de Roquebrune. Prendre à gauche juste après la chapelle Saint Roch.

En hiver, stationner au parking qui est près de la borne incendie, 800m plus loin.
En été, poursuivre la route jusqu'au première carrefour; prendre à droite, puis tourner à gauche avant le pont. Stationner au parking aménagé en contrebas de l'A8.

Voir la carte IGN

  Les trois croix

 

Vue nord du Rocher de Roquebrune, l'Argens coule au pied

 

Voir photos

 

En hiver :

Poursuivre sur 500m la route le long du vallon, puis franchir le passage à gué.
Le GR 51 passe là : suivre son balisage rouge et blanc à travers maquis, vergers, bosquets de mimosas.

Sous le sommet des Trois Croix (373 m) débute un sentier balisé de jaune. Il conduit à la crête. Vue sur la dépression permienne, le mont Lachens, les Alpes, les Maures, l'Esterel, la mer....et les traces d' incendie à l'ouest des gorges du Blavet.
Revenir sur ses pas et suivre le GR jusqu'à la ferme de Haute Rouquaire.

Là, prendre la direction nord ouest et se diriger vers la faille médiane qui abrite une yeuseraie. Franchir le collet et redescendre sur le versant nord en suivant le balisage jaune sur la droite puis sur la gauche du ravin. Dans les falaises, présence de plusieurs habitats troglodytiques qui soulignent l'ancienneté de l'occupation du site, attestée aussi par le Castrum du village de Roquebrune édifié au Xème siècle.
Le sentier rejoint une petite route en bordure de l'A8. La suivre sur 500 m puis prendre à doite le chemin orienté sud qui ramène au parking.

En été, il est préférable de débuter la randonnée par la face nord et d'effectuer le parcours en sens inverse, la montée se fera à l'ombre.
Pour cela il convient de stationner sur le parking aménagé en contrebas de l'A8 le long de la petite route. Le sentier n'est pas balisé, mais il est bien marqué et, en septembre 2003 était entretenu jusqu'au col. Laisser sur la droite ND de Roquette. Rejoindre le thalweg et le conserver tout le long. En cas de doute le passage est à rechercher dans le thalweg. Compter 30 mn pour la montée.

Grand Duc

Pour voir les rapaces

 La faune rupicole méditerranéenne, riche en oiseaux et en chauves souris, trouve dans ces milieux des conditions de vie très propices à sa reproduction et à son alimentation, comme le monticole bleu, le faucon pélerin, le guêpier d'Europe, le molosse de Cestoni, le grand rhinophole, le grand duc...

Toutefois, en 15 ans, en France, la population des perdrix grises a diminué de 49%, celle des huppes fasciées de 51% . Le déclin de la biodiversité est due à l'omniprésence de l'homme et à sa pression sur les écosystèmes, ainsi qu'au réchauffement de la planète.

Retour page précédente